Okaïdi est-elle une marque responsable ?

Okaïdi est-elle une marque responsable ?

Quels sont ses impacts de l'environnement, les travailleurs, la santé et les animaux ? Découvrez l'évaluation indépendante réalisée par Clear Fashion.


Vous êtes peut-être sur le point d’acheter un cadeau pour un nouveau né, ou tout simplement de racheter un pantalon à votre fille qui grandit beaucoup trop vite et qui change de taille tous les 6 mois (ça devrait se calmer autour des 18 ans, courage…), et c’est là que vous vous dites “Oh mais… et si je regardais ce qu’ils font chez Okaïdi ?”. Bonne ou mauvaise idée, on vous laisse décider, mais pour y voir plus clair, on a préparé un décryptage de la marque et de ses impacts sur l’environnement, les travailleurs, la santé et les animaux. C’est parti !

 

Quels sont les impacts de Okaïdi sur l’environnement ?

“Chaque jour nous essayons de favoriser une production plus durable et respectueuse de la planète en recherchant toujours la meilleure matière ou le traitement le plus naturel.”

✅ Dans une partie de ses collections, Okaïdi utilise du polyester recyclé et du coton recyclé. Leur utilisation a l’avantage de réduire le gaspillage et les déchets textiles. Les matières recyclées peuvent venir de chutes de tissu, de vêtements usagés, de bouteilles en plastique, etc.

Ce qui est moins cool c’est que le lavage en machine d’un vêtement en polyester recyclé abîme le tissu. Et plus le tissu synthétique est abîmé, plus il diffuse des microparticules de plastique qui passent dans les circuits d’eau et se retrouvent dans nos océans.

✅ La marque utilise également du coton biologique ! Ça c’est vraiment bien parce que l’agriculture biologique a recours à des pratiques soucieuses du respect des équilibres naturels.

Lorsqu’elles ne sont pas “bio”, les matières naturelles peuvent très gourmandes en engrais et en pesticides. Utilisés en grande quantité, ces produits chimiques s’écoulent à travers les nappes phréatiques et rejoignent les cours d’eau. Ils favorisent l’envahissement d’algues au détriment d’autres formes de vie aquatique.

✅ Un très bon point : une partie des vêtements Okaïdi sont labélisés Global Recycled Standard, Better Cotton Initiative, Global Organic Textil Standard et Organic 100 Content Standard.

❌ Petit bémol : on ne connaît pas le pourcentage de la collection qui est réellement labellisée.

❌ Pour transporter ses produits, la marque n’interdit pas le transport aérien. Il s’agit pourtant du transport le plus polluant en termes d’émissions de CO2 et donc le moins respectueux pour la planète. Une bonne option pour Okaïdi aurait été de choisir un transport en bateau !

Depuis 2012, la part de matières éco-responsables ne fait qu’augmenter dans nos collections.”

❌ On a bien cherché mais on a malheureusement pas trouvé le pourcentage de vêtements réellement “éco-responsables”. C’est donc un peu compliqué de comparer la part de matières éco-responsables utilisée depuis 2012…

“Nous sommes pour des jeans toujours aussi tendances et confortables mais moins énergivores. Le principe : diminuer la consommation en eau de 50% et la consommation d’énergie de 61% !”

✅ Ça c’est vraiment top : la teinte et les effets d’usures des jeans sont travaillés à l’ozone ou au laser. La marque s’interdit la technique du sablage manuel ou mécanique qui est très gourmande en eau.

Chez Okaïdi, nous croyons depuis longtemps en la seconde main parce que nos produits sont résistants, durables et qu’ils se passent de génération en génération. Nous voulons faire de cette pratique, un réflexe pour toutes les familles.”

✅ Comme de plus en plus de marques, Okaïdi propose un service de seconde-main qui a l’avantage de favoriser l’économie circulaire et réduire les déchets textiles.

Le principe : on dépose les articles Okaïdi qui ne sont plus portés en boutique, Okaïdi s’occupe de la vente, puis on récupère un bon d’achat grâce aux ventes. Cette carte cadeau est valable en boutique, pour l’achat de vêtements neufs… Ce qui est dommage c’est que la marque encourage ses client.e.s à trier ses vêtements pour au final inciter le rachat de vêtements neufs. Okaïdi pourrait remplacer ce service par un système dans lequel les client.e.s pourraient vendre leurs vêtements d’occasion à d’autres consommateurs. C’est notamment ce que propose La Redoute.

Créer un système de seconde-main c’est bien… mais réduire les invendus c’est mieux !

❌ La marque n’adopte pas de stratégie pour minimiser ses stocks de vêtements invendus. Les invendus sont une source de déchets textiles. Pour réduire leur volume, Okaïdi pourrait par exemple développer un système de précommande.

👉 Okaïdi communique beaucoup sur ses engagements environnementaux, la marque met particulièrement en avant son service de seconde-main et ses choix de matières responsables. Elle gagnerait à être plus précise dans ses déclarations pour faire preuve de transparence envers ses client.e.s.

 

Quels sont les impacts de Okaïdi sur les ouvrières et les ouvriers ?

La teinte des jeans et les effets d’usures sont travaillés plus naturellement à l’ozone ou au laser.”

✅ Comme évoqué plus tôt, la marque interdit la technique du sablage manuel ou mécanique. En plus d’être une action à moindre impact environnemental, c’est aussi une mesure essentielle pour la santé des travailleurs. Les ouvriers qui font ce travail sont exposés à la poussière de silice qui s’introduit dans leur organisme par les oreilles, le nez et la bouche. Ils peuvent développer une maladie appelée la silicose susceptible d’évoluer en cancer.

Et les fournisseurs dans tout ça ?

❌ Les relations avec les partenaires semblent un peu opaques, Okaïdi n’a pas publié la liste de ses fournisseurs. Ça aurait pu être l’occasion de faire preuve de transparence envers ses client.e.s.

✅ Des audits sociaux sont effectués à l’étape de confection pour vérifier dans quelles conditions est réalisée la dernière étape de fabrication. Ces contrôles permettent de s’assurer de la mise en place d’un salaire minimum, et de la conformité des conditions de travail dans les usines concernées, ça c’est top pour le respect des droits du travailleur.

❌ Ce qui est dommage c’est que les étapes d’ennoblissement, du tissage/tricotage, de filature et de production de la matière première ne sont pas audités.

Pour toutes les étapes de la chaîne de production, les conditions de travail des ouvrier.e.s sont souvent très dures. C’est pour ça qu’il est important de vérifier les conditions de travail : âge minimum, travail forcé, lutte contre les discriminations, sécurité des travailleur.se.s…

❌ Les résultats des audits conduits chez les fournisseurs ne par contre sont pas publiés. Okaïdi pourrait faire preuve de transparence en les rendant accessibles à tous.

 

Quels sont les impacts de Okaïdi sur la santé de ses client.e.s ?

Quand on choisit une marque pour enfants, on s’attend à un niveau de fiabilité hyper robuste ! Et pourtant… Okaïdi ne communique pas sur les impacts de ses vêtements sur la santé de celles et ceux qui les portent. On peut tout de même souligner des points positifs.

Les points positifs :

✅ La marque interdit l’utilisation de 3 types de produits chimiques (aux noms plutôt barbares) :

  • les alkylphénols qui sont utilisées pour le nettoyage et la teinture des vêtements. Des études ont démontré leur potentiel toxicologique : ce sont des perturbateurs endocriniens.
  • les composés perfluorocarbures qui sont utilisés pour rendre un textile “antitache” ou “résistant à l’eau”. Des études ont montré qu’ils affectent le foie et agissent comme perturbateurs endocriniens, modifiant les niveaux de croissance et les hormones sexuelles.
  • les phtalates qui sont utilisés pour avoir un rendu d’impression en relief. Des études ont montré que leur toxicité est très préoccupante car elle peut interférer avec le développement des testicules en bas âge.

Les axes d’amélioration :

❌ La marque ne publie pas la liste des substances restreintes dans sa chaîne de production. Ce document pourrait informer le consommateur sur les substances pouvant se trouver dans les vêtements. C’est un gage de transparence.

 

Quels sont les impacts de Okaïdi sur les animaux ?

✅ Okaïdi n’utilise ni cuir exotique comme le serpent ou le crocodile, ni fourrure, comme le renard ou le lapin.

❌ Cependant Okaïdi utilise du cuir et de la laine, et la marque ne communique pas sur d’éventuels audits ou visites dans les élevages qui permettraient de vérifier que les souffrances animales sont limitées. Certaines marques font le choix de visiter les élevages pour constater la situation de leur propres yeux : un bon moyen se savoir ce qu’il s’y passe vraiment.

 

Ce qu’on peut retenir sur engagements de Okaïdi :

La politique RSE de Okaïdi se concentre sur les aspects environnementaux : elle met en lumière les matières utilisées, ses techniques moins énergivores et son service de seconde-main. Néanmoins, il reste du chemin à parcourir sur les impacts sociaux de sa production. Elle gagnerait en transparence si la marque prenait le reflexe de publier ses audits sociaux et environnementaux… Pour en savoir plus sur les impacts de la marque et découvrir ses notes, rendez-vous sur l’app !

Avez-vous déjà acheté quelque chose chez Okaïdi ? Racontez-le nous en commentaires !

 

Décryptage réalisé par Clear Fashion le 10 mai 2022, les citations proviennent du site internet de la marque. Clear Fashion est un tiers indépendant qui enquête sur les engagements des marques et évalue l’impact de leurs vêtements. Pour en savoir plus sur notre méthodologie d’évaluation : cliquez ici.

Lors de notre enquête, Okaïdi a accepté de nous communiquer des informations sur ses pratiques. Notre analyse se base sur les documents fournis par la marque.