5 conseils à Superman pour choisir sa culotte

5 conseils à Superman pour choisir sa culotte


ou comment décrypter les promesses des marques de sous-vêtements pour ne pas être victime de greenwashing

 

“Salut Clear Fashion

“Dentelle française” mais “Fabriquée à Madagascar”, Coton bio, “Peut être recyclé”, Polyamide recyclé issu de chutes de production”. Marketing ? Greenwashing ? Frenchwashing ? J’avoue que moi aussi je fais attention à ce que j’achète et j’aurais besoin d’un petit coup de pouce pour y voir plus clair. 

Merci - Bisous - Superman”

Toi aussi, tu aimerais trouver la petite culotte qui soit aussi douce pour ton booty que pour la planète ? 👉  Attends, on te partage la check-list que l’on a préparée pour notre héros en culotte rouge (si si)

Image de Esteban Lopez

Mais qu’est-ce qui a le plus d’impact au juste ?

Que ton placard déborde de culottes full motifs, full colorées ou que sous-vêtement rime pour toi avec élégant, affriolant ou extravagant : la lingerie se retrouve absolument dans tous les dressing. Et pour ce genre de pièces… difficile de passer par la case seconde-main : on achète neuf, alors on essaie de faire ça bien.

 

1. Check les matières !

On aurait adoré pouvoir te parler d’une matière au super pouvoir, malheureusement, toutes les matières conventionnelles restent impactantes pour l’environnement, au minimum lors de leur production et parfois lors de la phase où on utilise le produit, nous consommateurs.

  • Polyamide, polyester, élasthanne : les matières les plus utilisées

Ces matières ont l’avantage d’être légères et résistantes, extensibles et faciles d’entretien, raisons pour lesquelles on les retrouve très souvent chez les marques de lingerie.

Composées de fibres synthétiques, ces matières permettent de faire de la dentelle, du tulle brodé ou des microfibres. Bien que le résultat soit canon, ce sont des fibres pétro-sourcées, et dans pétro-sourcées, tu as deviné, il y a pétrole. Et qui dit pétrole, dit épuisement des ressources fossiles.

L’autre petit souci que l’on rencontre, c’est que les fibres synthétiques sont également de potentielles sources de pollutions micro-plastiques : lors du lavage, des microfibres plastiques se détachent des vêtements et se retrouvent dans l’eau puis dans les champs via l’épandage des boues d’épuration. Et là, on parle d’une pièce qu’on lave donc très très souvent puisque l’on en change tous les jours.

  • Et le coton alors ?

Clairement, le coton a l’avantage d’être doux au toucher et très confortable. Les tissus en coton sont également très respirant, ce qui est meilleur pour la santé. Sauf que l’on a tendance à l’oublier, mais étant une fibre naturelle, le coton nécessite de grandes quantités d’eau et l’utilisation de pesticides pour sa culture…

Oula Oula… beaucoup d’infos, on récapitule !

🚩 Pour les fibres synthétiques, tu peux donc privilégier :

  • Les pièces qui sont fabriquées à partir de matières upcyclées
  • Les pièces qui sont fabriquées à partir de matières recyclées (peuvent être certifiées GRS ou RCS), à privilégier dans l’ordre :

  1. Fibres d’origine “post-consommation” : provenant du recyclage de vêtements déjà portés et récupérés pour recyclage (on déjà eu une première vie)
  2. Fibres issues du recyclage de chutes de production
  3. Fibres issues du recyclage de bouteilles / filets de pêches : de plus en plus de marques mettent en avant l’utilisation de ces fibres… pourtant il ne s’agit pas d’une solution miracle puisque :
    • ces fibres passent par beaucoup d’intermédiaires pour redevenir un fil avant d’être transformé en produit
    • son recyclage est ensuite limité : on ne pourra alors recycler le produit qu’une seule fois alors que si les bouteilles étaient recyclées en bouteilles, ça pourrait se faire à l’infini  (source)

🚩 Pour les fibres naturelles, tu peux privilégier :

  • Les pièces réalisées également à partir de matières upcyclées ou recyclées
  • Matières biologiques, certifiées GOTS ou OCS notamment car cela apporte des garanties quant à la réduction de l’utilisation des pesticides et de la consommation d’eau

Quelles soient recyclées ou non, les fibres synthétiques peuvent être à l’origine de pollutions micro-plastiques : on recommande de s’orienter de préférence vers des fibres naturelles 🙂Et si cette petite dentelle te fait trop de l’œil, alors tu peux prendre les précautions nécessaires pour limiter les risques de pollution micro-plastique : remplir plus la machine à laver, éviter l’utilisation du sèche linge, utiliser des sachets à lessive qui retiennent les particules (source)

2. Jette un œil au lieu de fabrication

Histoire de différencier argument de vente et réel engagement. “Dentelle française”, “broderie suisse”, ne veulent pas forcément dire que toutes les étapes de production ont eu lieu en France ou en Suisse. On a tout de même vu des pièces en “dentelle française” qui ont été confectionnées à Madagascar ! Cela signifie que le tissu a été fait en France, envoyé à Madagascar pour revenir être vendu en France….

Pour s’assurer qu’on ne joue pas que sur de jolies appellations, on pourra donc vérifier où la pièce de lingerie a été confectionnée (et s’orienter de préférence vers des origines Europe ou, mieux encore, France).

3. Méfies toi des arguments marketing “responsables”

  • L’utilisation à outrance de l’appellation “matières responsables” sans aucune autre information : qu’est-ce qui est “responsable” dans le processus de fabrication ? Cela peut vouloir dire que le produit est “responsable” selon le propre cahier des charges de la marque, qui n’est peut être pas très exigeant.
  • Quand un produit est “recyclé” ou est en “coton biologique” : regarde bien le pourcentage présent dans le produit car il est parfois infime.

4. Prends soin des tes jolies pièces pour les garder longtemps

Plus un vêtement est porté, plus son impact environnemental est “dilué” : pour un impact environnemental donné, un vêtement sera beaucoup plus “responsable” s’il est porté longtemps . Il est donc important d’en prendre soin pour allonger sa durée de vie.

Les pièces de lingerie sont confectionnées à partir de matières délicates qui peuvent être rapidement altérées par le lavage. Du coup, dans la mesure du possible :

  • Lave les à la main, à l’eau froide et avec une lessive douce
  • Si tu restes team machine (parce que quand même c’est bien pratique) : mets tes pièces dans un filet de lavage, en lavant à basse température, sans adoucissant et sans séchage.
  • Pour le séchage : c’est à plat et on évite de les laisser en plein soleil

5. Mais, sinon il y a des marques en qui on peut avoir confiance ?

Yes ! Plein de marques ont été évaluées par notre dream team et sont dispo sur Clear Fashion App. Tu peux retrouver la crème des marques responsables dans le Top Marque.

Tiens, voilà une petite sélection parmi les marques les mieux notées.

PS : pour info, il ne s’agit pas d’un partenariat rémunéré 🙂  Objectivement, ces marques font les choses bien et font parties de notre Top Marque et.. subjectivement, on les trouve cool ❤️

 

 

Mood Paris

Clear Fashion Score : 80 / 100

De la jolie lingerie en fibres recyclées adaptée à toutes

€€€

👉 Découvre notre analyse complète sur l’App

 

We are jolies

Clear Fashion Score :  79/100

Une marque inclusive aux couleurs pep’s et aux motifs trop chouettes. Vous y retrouverez aussi des culottes menstruelles ou des bodys !

€€

Pour accéder à notre analyse complète 👉 c’est par ici ! 

Organic Basic

Clear Fashion Score : 79/100

Un nom de marque bien choisi vaut mieux qu’un long discours ici 👉  du confort et de la douceur ❤️ Pour accéder à notre analyse complète 👉 c’est par ici ! 

Si tu souhaites découvrir plein d’autres marques de lingerie “responsables”, n’hésite pas à aller faire un tour le TOP MARQUE de l’application !

Tu peux aussi nous donner ton avis sur la qualité des sous-vêtements que tu as achetés en laissant un avis sur l’app : ça aidera les autres utilisateurs à s’orienter vers des articles de qualité !