Kiabi est-elle une marque responsable ?

Kiabi est-elle une marque responsable ?

Quels sont ses impacts de l'environnement, les travailleurs, la santé et les animaux ? Découvrez l'évaluation indépendante réalisée par Clear Fashion


Vous saviez que le mot Kiabi était une version simplifiée de “qui habille” 🙃 ? La marque se veut inclusive et propose du prêt-à-porter à petits prix, des basiques pour toute la famille. T-shirt à 8€, sweat à 10€, short à 15€… pas de doute, la marque a réussi son pari.

D’ailleurs, Kiabi a lancé son alternative à Vinted depuis quelques temps. La marque permet aux clients de vendre ou acheter des vêtements de seconde main en ligne, et ça c’est plutôt cool pour éviter la surproduction !

Alors vous vous demandez sûrement si ces engagements sont fiables : qu’est ce que vaut vraiment la mode à petits prix ? Est-ce que c’est trop beau pour être vrai ?

On a décidé de nous pencher sur programme RSE de Kiabi, on reprend tout ici.

 

Quels sont les impacts de Kiabi sur l’environnement ?

“47,7% de nos produits sont mono-composés et donc plus facilement recyclables”. Le recyclage des matières est effectivement possible seulement si le tissu est composé d’une seule fibre. Quand il ne sera plus porté, le vêtement pourra donc être retransformé en fil pour devenir une nouvelle pièce. Quand on sait que “moins de 1 % des tissus qui composent nos vêtements sont effectivement recyclés pour en faire de nouveaux” (source : Zéro Waste France), notamment à cause de la composition des tissus, on dit bravo à Kiabi pour sa démarche.

✅ La marque utilise un fort pourcentage de matières naturelles (73%). Les matières naturelles ont le super avantage de ne pas libérer de microparticules lors du lavage, et ça c’est significatif pour lutter contre la pollution des océans. Mais attention, il faut savoir que certaines matières naturelles et en particulier le coton, restent très gourmandes en engrais et en pesticides lorsqu’elles ne sont pas bio.

✅ Kiabi réduit ses émissions de CO2 en favorisant le transport par barge vers ses entrepôts. Le transport fluvial a l’avantage de consommer moins d’énergie. Il émet moins de CO2 et permet de décongestionner les routes, et ça, c’est plutôt cool pour la planète.

❌ On est allé voir en détail du côté des transports, et on a noté que la marque n’a pas interdit le transport aérien, encore 10% des produits sont concernés en 2020. Or, l’aérien est 5 fois plus impactant en CO2 que le fret routier et donc moins respectueux pour l’environnement. En parallèle, les transports ferroviaires et maritimes sont plus “doux”.

👉 On retient que la marque a pris des décisions visant à limiter son impact sur l’environnement notamment en anticipant le devenir du vêtement. Kiabi pourrait continuer dans ce sens en réduisant ses chutes de production. Aujourd’hui, on sait que la découpe des vêtements génère entre 20 et 30% de chutes de tissus : “de quoi se coudre quelques chouchous” comme diraient nos grands-mères.

 

Quels sont les impacts de Kiabi sur les ouvrières et les ouvriers ?

“Chacun de nos fournisseurs fait l’objet d’une grande attention lors de sa sélection et tout au long de notre partenariat”

✅ En effet, la marque réalise des audits auprès de ses usines de confection. Elle s’assure de la mise en place d’un salaire minimum, et de la conformité des conditions de travail dans les usines concernées, ça c’est top pour le respect des droits du travailleur.

✅ D’ailleurs, Kiabi fait une belle preuve de transparence en publiant la liste de ses usines de confection sur son site internet. Si vous y jeter un coup d’œil, vous verrez que la plupart d’entre elles se trouvent au Maghreb et en Asie. Toutes les marques ne le font pas, c’est un gage de confiance pour le consommateur.

✅ Le plus : Kiabi a définitivement interdit les techniques de sablage des vêtements pour ses jeans. On sait que les ouvriers qui font ce travail sont exposés à la poussière de silice qui s’introduit dans leur organisme par les oreilles, le nez et la bouche. Ils peuvent développer une maladie appelée la silicose susceptible d’évoluer en cancer. Depuis 2016, Kiabi teste le délavage ecowash, qui a l’avantage d’utiliser moins d’eau et de produits chimiques.

❌ Si la marque réalise bien des audits chez 99% de ses usines de confections, elle a fait le choix de ne pas publier les résultats. Elle pourrait faire preuve d’encore plus de transparence en les rendant accessibles à tous. Plus le consommateur a accès aux rapports internes de l’entreprise, plus celle-ci crédibilise ses engagements.

👉 On a remarqué que Kiabi avait globalement peu de visibilité sur les fournisseurs avec qui elle n’est pas directement en contact : la marque interroge ses fournisseurs directs de manière déclarative pour retracer le parcours du produit lors de l’étape de l’ennoblissement. Kiabi ne connait pas les usines de filatures et les fournisseurs de matières premières, plus en amont dans la chaîne de production.

 

Quels sont les impacts de Kiabi sur la santé de ses client.e.s ?

“La santé et la sécurité de nos collaborateurs, de nos clients, et de l’ensemble de nos Parties prenantes étaient l’une de nos préoccupations majeures”

La marque s’adresse à toute la famille et donc aussi aux plus petits. On peut donc s’attendre à ce que la santé soit un axe majeur de ses engagements, qu’en est-il dans les faits ?

✅ La marque rend publique sa liste de substances restreintes et produits chimiques interdits : et ça c’est top. Kiabi s’assure du respect de ces mesures en effectuant des contrôles pendant la production, et sur le produit fini, on valide !

❌ On s’est penché sur le détail des substances autorisées par Kiabi… et là, petit bémol : la marque n’a pas interdit les phtalates dans ses produits. Leurs effets nocifs dépendent de leur type et de leur concentration, mais aujourd’hui, les phtalates DEHP et DBP sont classés “toxiques pour la reproduction” en Europe. Or la marque s’adresse à toute la famille, y compris les bébés qui sont les plus fragiles. Kiabi n’est pas la seule en réalité : ces substances sont encore autorisées chez de nombreuses enseignes. On les retrouve dans les transferts sur t-shirts par exemple.

 

Quels sont les impacts de Kiabi sur les animaux ?

✅ Kiabi utilise très peu de matière animale comme la laine ou le cuir (<1% des produits). Elle a par ailleurs interdit l’utilisation de matières controversées comme la fourrure et le cuir exotique pour ses productions.

❌ Même si la pourcentage de matières animales est restreint, la marque n’a pas déployé de programme de respect du bien-être animal. Kiabi pourrait s’assurer de la limitation des souffrances lors de l’élevage, en allant voir de ses propres yeux l’état de la situation auprès de ses partenaires par exemple.

Sinon, une alternative pourrait être l’utilisation des matières recyclées, voire même l’abandon de ces matières dans les collections. Sachant que les matières animales représentent moins d’1% des matières premières utilisées, un tel choix peut être envisagé.

 

Ce qu’on peut retenir des engagements de Kiabi :

Le programme Kiabi Human vise à « offrir une mode pour tous, pour le bien commun et pour la vie » et permet à la marque de reconsidérer son impact environnemental. Kiabi privilégie notamment les matières naturelles et propose en majorité des produits mono-composés plus faciles à recycler. La marque envisage des modes d’approvisionnement moins polluants pour ses transports de marchandise.

Au niveau social, la marque a encore peu de visibilité sur les fournisseurs avec lesquels elle n’est pas directement en contact. Dans certains cas, cette non-visibilité peut laisser place à des dérives sociales et environnementales.

Malgré tout, la politique RSE de Kiabi a porté ses fruits, notamment en ce qui concerne la santé. La marque réduit aussi son impact environnemental pas à pas. Il reste cependant un petit bout de chemin à parcourir pour que la mode à petits prix soit responsable.

Avez-vous déjà acheté quelque chose chez Kiabi ? Racontez-le nous en commentaires !

 

Décryptage réalisé par Clear Fashion le 10 mai 2022, les citations proviennent du site internet de la marque et de son rapport annuel. Clear Fashion est un tiers indépendant qui enquête sur les engagements des marques et évalue l’impact de leurs vêtements. Pour en savoir plus sur notre méthodologie d’évaluation : cliquez ici.

Lors de notre enquête, Kiabi a accepté de nous communiquer des informations sur ses pratiques. Notre analyse se base sur les documents fournis par la marque.