"Dream Tomorrow" par Maje : vrai projet responsable ou pur greenwashing ?


Maje, enseigne française de prêt-à-porter féminin se lance dans un projet ambitieux : “Dream Tomorrow”. Le concept : développer une démarche RSE basée sur 3 piliers : “products, planet and people” (les produits, la planète et les humains). Les objectifs sont datés et chiffrés, un vrai plan d’action est mis en place, et des évolutions dans leur façon de produire sont déjà à noter entre 2020 et 2021. Mais est-ce suffisant ?

Aujourd’hui, Clear Fashion se penche sur ce nouveau projet de Maje, et décrypte les réelles avancées de la marque en matière d’éco-responsabilité.

Coté environnement : où en est Maje ?

Les matières :

✅ Maje travaille sur un approvisionnement “écoresponsable” de ses matières phares (denim, viscose, polyester, coton) via la certification notamment.

✅ Pour l’été 2021, elle a développé une nouvelle collection capsule 100% issue de l’agriculture biologique certifiée GOTS.

✅ La marque prend très au sérieux des sujets comme la déforestation et l’épuisement des ressources. D’après ce qu’elle a communiqué à Clear Fashion, Maje a effectué de vraies études de risques sur ces sujets.

⛔ La marque ne remet pas en question les matières qu’elle utilise, pourtant problématiques :

- La viscose, bien que certifiée FSC, c’est-à-dire issue d’une gestion durable des fôrets, ne permet pas de garantir que la santé des travailleurs a été préservée. En effet, la production de viscose nécessite des substances chimiques nocives pour les employés des usines.

- Le polyester quant à lui est issu de la pétrochimie, et fait ainsi appel à des énergies fossiles. Par ailleurs, lors des lavages, il dégage des microparticules de plastique qui polluent les océans.

- Enfin, le cuir nécessite beaucoup d’eau lors de sa fabrication. De plus, pour que le cuir ne se putrifie pas, il doit être tanné. Or, Maje ne semble pas remettre en cause un tannage au chrome, alors même que cette substance est hautement toxique pour les travailleurs. Il existe pourtant des procédés de tannage naturels et moins dangereux.

Les émissions de CO2 :

✅ La marque a entammé une vraie politique de réduction des émissions de CO2, avec une diminution du fret aérien, une meilleure gestion des déchets ou encore un effort sur le packaging.

⛔ Cette politique ne se limite qu’au siège et aux boutiques de Maje. Pourtant, on pourrait aller beaucoup plus loin en travaillant avec l’ensemble des partenaires et sur toute la chaîne (par exemple, sur le volet déchet, il pourrait y avoir une vraie politique de réduction et de gestion des invendus).

Sur le plan humain, encore du travail à faire…

✅ Maje connaît relativement bien les usines avec lesquelles elle travaille et les accompagne vers la certifiation. En effet, elle propose un véritable accompagnement à ses partenaires, pas uniquement la signature d’une charte à appliquer en autonomie.

⛔ Néanmoins, la marque est impliquée dans le scandale ouïghour ! Elle réfute et affirme qu’elle : « travaille avec des fournisseurs situés partout dans le monde” et sans : “avoir de fournisseurs directs dans les régions mentionnées” (délcaration du groupe SMCP). Or, même si les fournisseurs directs ne sont pas impliqués, rien n’est dit sur les fournisseurs indirects. A noter qu’une marque est responsable de l’ensemble des acteurs qui travaillent sur sa chaîne d’approvisionnement (fournisseurs directs et indirects).

⛔ Aujourd’hui, il est donc clair qu’il y a un manque de transparence de la marque. Elle ne publie pas la liste de ses fournisseurs, réalise peu d’audits et n’en publie pas les résultats. Elle n’a pas non plus de systèmes d’alerte.

Les animaux, enfin tranquilles ?

✅ Maje n’utilise pas de matière controversée : elle a interdit la fourrure et n’a pas recours au cuir exotique (un cuir issu d’un animal élevé dans le seul but de tirer profit de sa peau, ex : un crocodile).

✅ Le cuir et la laine utilisés par Maje sont certifiés. Les certifications garantissent des actions pour limiter les souffrances animales au cours de la production des matières.

⛔ Aucune certification ne garantit la limitation des souffrances animales pour la production de cachemire, de laine d’Alpaga, de mohair, de plumes et de soie.

Niveau santé, bons points pour Maje !

✅ Les articles de Maje comportent peu de risques pour votre santé. La marque a interdit l’utilisation de substances pouvant être dangereuses pour la santé des consommateurs comme les alkylphénols, les phtalates et les composés perfluocarbures.

✅ Des contrôles sont opérés sur les vêtements afin de vérifier les substances utilisées pour leurs fabrications.

⛔ La marque ne publie pas les résultats de ses audits en matière de toxicité.

En conclusion, le projet “Dream Tomorrow” de Maje est ambitieux et permet à la marque de faire de réelles avancées pour être plus écoresponsable. Les notes obtenues par la marque sur l’app Clear Fashion vont très certainement augmenter lors de la prochaine mise-à-jour de l’évaluation. Néanmoins, du chemin reste à faire, notamment dans les relations de Maje avec ses fournisseurs, tant sur le plan humain qu’environnemental.

Pour découvrir les notes de Maje sur Clear Fashion, rendez-vous sur l’app, et téléchargez la en cliquant juste ici :

Lien vers l’Appstore : ‎Clear Fashion - scan vêtements dans l’App Store (apple.com)

Lien vers Playstore : Clear Fashion – Applications sur Google Play

Merci pour la lecture de cet article, et s’il vous a plu, n’hésitez pas à le partager autour de vous. 😉